Stylegent
Il m'arrive quelque chose d'étrange. Moi, le communicateur, la créature sociale, le compilateur et le vérificateur-offre de listes de tâches… J'ai soudainement un carnet de courriels non répondu dans ma boîte de réception et je suis devenu une de ces personnes qui vérifie seulement sa messagerie vocale une ou deux fois par semaine. J'annule, reporte ou renfloue les plans sociaux presque aussi rapidement que je les avais faits. Mes listes de tâches - généralement une source de grande satisfaction - sont des sources de tourments, le nombre croissant d'articles non vérifiés et non vérifiés me rappelant mon manque de productivité. Je regarde le calendrier plein d'engagements sociaux du mois, et je frémis à l'idée de les garder tous. Bref, je suis dépassé. Cela peut en partie être imputé à la météo. Février au Canada n'est pas une blague: il fait froid, il fait sombre et ça craint. Sa seule qualité de rachat est qu'il ne dure généralement que 28 jours. Chaque année, le froid empiète comme un énorme compagnon de siège transpirant et respirant sur un vol transatlantique: vous êtes coincé avec lui, et même si cela rend un temps relativement court insupportable et rétrécit votre univers dans un petit espace claustrophobe - il doit être toléré jusqu'à ce qu'il se lève finalement et s'endorme au coucher du soleil. Ce n'est que le 2 févrierDakota du Nord il faudra donc beaucoup de temps avant que j'arrive à voir l'envers du bois de ce mois. Et mon inquiétude à propos des e-mails s'accumulant et des messages vocaux entassant mes téléphones est déjà en train de monter. Je veux effacer un bon 50% des gribouillis de mon calendrier, je veux barrer tout un tas de choses à faire et les laisser ne pas être faites. Alors tu sais quoi? C’est exactement ce que je vais faire. Je vais hiberner. Je vais simplement m'accroupir, arrêter de me sentir coupable de ne pas répondre aux messages, stocker les aliments réconfortants et attendre ce mois misérable. Ensuite, je peux réémerger en me sentant complètement rechargé, peut-être un peu rebondi, et prêt à profiter de tout ce qui me tient occupé. Les trucs qui me rendent habituellement heureux, pas anxieux; les trucs qui alimentaient mon énergie, pas la vider. Je ne vais pas me couper complètement du monde (je vous en prie, soyons réalistes - j'ai des plans pour le dîner ce soir!) Mais je vais opter pour être plus socialement spontané et moins constamment engagé. Je pense que le reste me fera du bien. Donc, si vous essayez de me joindre et que je ne vous réponds pas tout de suite, ne le prenez pas personnellement - ce n'est pas vous. C'est février.
Lettre d'Ami McKay aux lecteurs de Stylegent sur qui a inspiré The Virgin Cure

Lettre d'Ami McKay aux lecteurs de Stylegent sur qui a inspiré The Virgin Cure

Interview: Amy Bloom sur le rôle peu glorieux d'être écrivain

Interview: Amy Bloom sur le rôle peu glorieux d'être écrivain

Interview: Deborah Johnson sur l'événement réel qui a inspiré son travail

Interview: Deborah Johnson sur l'événement réel qui a inspiré son travail