Stylegent

Vous avez peut-être entendu parler d'une variété de traitements alternatifs et complémentaires offerts aux femmes atteintes d'un cancer du sein. Mais sont-ils utiles? Les informations ci-dessous sur les thérapies alternatives les plus courantes proviennent principalement de l'Association médicale canadienne. Si vous décidez d'essayer l'une de ces options, vous devez d'abord discuter de votre décision avec votre équipe médicale, car ces thérapies peuvent interférer avec d'autres traitements. Par exemple, les suppléments de vitamine E peuvent réduire l'efficacité du tamoxifène, un médicament anticancéreux.

Thérapies alternatives courantes

Essiac: Un mélange à base de plantes de racine de bardane, de rhubarbe indienne (ou de rhubarbe de dinde), d'oseille de mouton et d'orme glissant. Le mélange porte le nom d'une infirmière travaillant à Bracebridge, en Ontario, qui aurait obtenu la recette d'un guérisseur Ojibwa dans les années 1920 et qui en a traité des centaines de patients atteints de cancer. Il est vendu sous forme de tisane dans les magasins d'aliments naturels sous les marques Essiac et Flor-Essence. Les études préliminaires montrent peu d'efficacité contre le cancer. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.

Thé vert: Feuilles non fermentées, chauffées et séchées de l'arbuste à thé Camellia sinensis. Le thé vert a été étudié dans la prévention du cancer et certains essais préliminaires sur des animaux montrent qu'il possède des propriétés anti-tumorales. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.


Iscador: L'extrait d'une espèce européenne de gui (Viscum album), qui est injecté par voie sous-cutanée (sous la peau). Il est utilisé et étudié dans des cliniques spécialisées en Europe depuis au moins 70 ans. Les preuves qu'il peut inhiber la croissance cellulaire et stimuler le système immunitaire sont faibles et non concluantes. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.

Sulfate d'hydrazine: Un produit chimique commun développé comme thérapie contre le cancer par un oncologue américain, pris sous forme de pilule ou d'injection. Sa capacité à stabiliser la croissance tumorale, à provoquer une régression et à améliorer la survie reste incertaine. Il peut également améliorer l'efficacité de la chimiothérapie. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.

Vitamines A, C et E: La consommation de ces vitamines peut aider à la gestion du cancer et peut fournir des nutriments sains dans la lutte contre celui-ci, mais aucune étude ne conclut spécifiquement que les suppléments préviennent ou traitent efficacement le cancer. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.

714-X: Une injection d'un composé à base de camphre, d'azote, de sels d'ammonium, de chlorure de sodium et d'éthanol. Il a été créé au Canada par le scientifique et chercheur Gaston Naessens. Les preuves de l’efficacité du composé dans le traitement du cancer sont limitées. Pour plus d'informations, lisez cet article du Journal de l'Association médicale canadienne.

Lettre d'Ami McKay aux lecteurs de Stylegent sur qui a inspiré The Virgin Cure

Lettre d'Ami McKay aux lecteurs de Stylegent sur qui a inspiré The Virgin Cure

Interview: Amy Bloom sur le rôle peu glorieux d'être écrivain

Interview: Amy Bloom sur le rôle peu glorieux d'être écrivain

Interview: Deborah Johnson sur l'événement réel qui a inspiré son travail

Interview: Deborah Johnson sur l'événement réel qui a inspiré son travail